La Russie: fin d’un modèle économique?
La Russie vient de nouveau d’abaisser ses prévisions de croissance pour l’année 2013, tablant sur une progression de 1.4% contre 1.8% précédemment, prévision qui avait également fait l’objet d’une révision. Plus grave encore, la Russie a fait l’aveu que la Russie risquait de rester à la traine de la croissance mondiale durant les 20 prochaines années. La raison n’est pas que la Russie traverse une crise économique mais plutôt une crise de son modèle économique, c’est du moins ce qu’à déclaré son ministre de l’économie, Alexeï Oulioukaïev. En effet, le pays est beaucoup trop dépendant de ses ressources naturelles, et plus particulièrement de ses matières premières avec en tête de mire ses hydrocarbures, pétroles et gaz. En plus, des prévisions de croissance du PIB de 2013 revues à la baisse, le gouvernement Russe a également révisé ses prévisions pour 2014 et 2015 à +2.5% et 2.8% contre 3% et 3.1% précédemment.

Ces nouveaux chiffres économiques viennent affaiblir un président Russe, Vladimir Poutine, qui n’avait jamais atteint un taux de popularité aussi bas : 61% d’opinion favorable. Lors de sa réélection au kremlin, Poutine avait affirmé qu’il ramènerait la croissance du pays à un niveau de 5% par an et que la Russie figurerait parmi les 5 premières puissances économiques mondiales. Scénario qui on l’a vu, n’a pas eu lieu.

Ces perspectives économiques négatives ont commencé à se dégrader sérieusement quand l’investissement des entreprises et la consommation des ménages aient commencé à faiblir à la mi-2012. La baisse des ventes au détail sont là pour en témoigner. Le Fond Monétaire International à lui juger de son côté que la Russie devait impérativement diversifier son économie, qui selon l’organisation, serait trop axée sur ses ressources naturelles et préconise également au pays de s’ouvrir aux investissements étrangers.

Pour en savoir plus sur le Forex et les différentes stratégies de trading à adopter, rendez-vous sur tribuforex.fr.