L'allocation d'actifs: une étape dans la gestion de portefeuille
L'allocation d'actifs est la répartition du portefeuille que l'on va faire entre les différentes classes d'actifs. Cette répartition va dépendre en grande partie du profil de l'investisseur. En effet, certaines classes d'actifs sont plus risquées que d'autres et en fonction de la tolérance au risque et du couple rentabilité/risque recherchée par l'investisseur, l'allocation se fera de manière différente. Un autre facteur d'influence va être l'horizon d'investissement. Plus la durée est longue, plus il est possible de prendre des risques et donc de s'orienter vers des classes d'actifs plus risquées.

Ils existent trois grandes classes d'actifs : les actions, les obligations et les liquidités. Les actions sont la classe d'actif la plus risquée. Elle permet de dynamiser la performance du portefeuille mais apporte de la volatilité. Les obligations elles ont une rentabilité beaucoup moins importante mais le rendement est constant. Enfin, les liquidités correspondent à la part du portefeuille qui est investit dans le livret A, les assurances vies... Avoir des liquidités permet d'avoir de l'argent disponible en cas d'opportunités d'investissement. Ce n'est donc pas de l'argent dormant mais en attente.

Chaque classe d'actif sera alloué d'un pourcentage du portefeuille. C'est l'allocation d'actifs. Plus l'investisseur recherche une forte rentabilité en dépit d'un risque important, plus il investira dans les actions. L'important dans la gestion de portefeuille est de diversifier ses investissements entre les différentes classes d'actifs mais également entre les différents actifs d'une même classe.

D'autres classes d'actifs peuvent venir en complément afin d'avoir une diversification optimale. L'immobilier est un bon moyen de diversification et peut dans certains cas apporté une forte rentabilité à la revente. On peut également citer les devises à travers le marché du Forex. L'avantage de ce marché est que les opportunités de gains sont aussi bien présentes à l'achat qu'à la vente. Il n'y a pas de frais supplémentaire pour vendre une devise contre une autre. Enfin, il y a les produits dérivés qui sont la classe d'actif la plus risqué du fait de l'utilisation importante de l'effet de levier.