Comment garantir ses loyers en Scellier?
L’adoption de la loi Scellier pour un projet immobilier requiert certaines précautions. La mise en place de cette loi peut toutefois soumettre le bailleur à divers aléas.

Les précautions de base

Se mettre sous le régime Scellier, bien qu’avantageux pour un Investissement locatif, nécessite le suivi de certaines règles pour que le propriétaire puisse profiter pleinement des avantages accordés et pour palier à certains inconvénients. En premier lieu, tenir compte de la situation géographique du bien immobilier s'impose. Il est impératif de déterminer l’état du marché de la région en évaluant la demande, pour être certain que l’habitation sera louée au plus vite. Il est aussi nécessaire de s’assurer que le locataire dispose de moyen financier suffisant pour ne pas faire face à des loyers impayés. D’ailleurs, si le montant du loyer est trop important, les locataires potentiels risquent de ne pas être nombreux. Il est alors conseillé de le modérer. En dernier lieu, le propriétaire doit penser à exiger un loyer charges incluses.

Confier son bien à une agence

Faire appel à une agence est recommandé pour garantir ses loyers en Scellier. Cet expert se chargera de toutes les formalités administratives et juridiques. Il s’assurera de l’établissement du bail, de l’état des lieux, de la publicité ainsi que des garanties locatives. Le paiement de la prestation d’une telle agence peut se faire lors de la déclaration fiscale des loyers en le déduisant du revenu foncier.

Connaître les risques

Bien que la mise en place de la loi Scellier requiert certaines précautions, certains risques sont à prévoir. La carence locative fait partie de ces derniers. Si le bien immobilier a été acquis à crédit, il est possible de voir l'amortissement pouvant s’étaler jusqu’à 3 mois après la date prévue pour la fin des travaux. Le propriétaire aura ainsi plus de temps pour trouver un locataire sans qu’il ait à payer l’échéance dans sa totalité alors qu’il ne perçoit pas encore de loyer. Les bailleurs seront toujours confrontés aux problèmes de loyers impayés, de protection juridique ainsi qu’aux dégradations immobilières. Il n’empêche que ces derniers sont couverts par l’assurance. Si le propriétaire est soumis à la GRL (Garantie des Risques Locatifs), l’Etat se charge de couvrir les risques locatifs, plus rentable pour le propriétaire. La vacance locative peut être source d’embarras, mais une couverture valable jusqu’à 6 mois après la fin du préavis peut être perçue à raison de 2 à 2,5 % du loyer charges incluses.