Le nounours le meilleur allié des mamans!
Cette année encore, vous avez décidé, pour les grandes vacances, d'envoyer votre petit bout en colonie de vacances. Vous avez mûrement réfléchi. Cela aide votre enfant à se sociabiliser et à acquérir son indépendance. Ce sont d'excellentes raisons. Oui, en tant qu'adulte, nous ne pouvons que saluer votre décision. Même si nous savons pertinemment que déjà votre coeur de maman se serre inexplicablement, que votre gorge se noue à l'idée de la séparation... Et il est temps de l'annoncer à votre bambin.

Pour l'instant, il joue paisiblement dans sa chambre. Aujourd'hui, c'est un pirate, qui a trouvé la boîte à secrets de sa soeur et part dans son lit bateau vers une contrée lointaine pour enfouir son trésor loin des convoitises. Vous vous approchez doucement et vous commencez par cette phrase qui ne le laisse pas se méprendre longtemps sur votre intention de lui annoncer quelque chose d'a priori très désagréable.

" Mon chéri, il faut que je te parle..." Votre voix est douce, vous le prenez doucement contre vous. Et s'il se blottit dans vos bras tendrement, il ne vous jette pas moins un regard méfiant. Vous vous sentez mal à l'aise, culpabilisant déjà.

" Tu te souviens l'année dernière, comme tu t'es bien amusé à la colonie des chardonnets..." A sa mine, nul doute qu'il s'en souvient. Et même si peu de temps après son retour il n'a fait que parler des formidables aventures qu'il y a vécu, des amitiés qu'il y a nouées, il semblerait que le temps ait dissipé ces salutaires impressions et qu'il ne lui reste plus en mémoire que l'idée de la séparation... Ce n'est pas gagné! Alors, pendant de longues minutes, vous tentez de lui rappeler tous ces bons moments, de lui expliquer que ce n'est pas la fin du monde, qu'il est un grand à présent et que c'est finalement si bon de se retrouver après une séparation. Oui mais si sa tête vous approuve, vous pouvez lire clairement dans ses yeux que son petit coeur, lui, vous désapprouve avec la plus profonde conviction. Alors, il ne vous reste plus qu'à trouver un petit subterfuge, lâche, certes, mais au combien pratique! Cet ultime recours, vous l'avez commandé sur www.1001-peluches.fr , en vous promenant sur le net. Il est brun, a de très jolis yeux noirs en boutons de bottine et une expression de douceur qui devrait attendrir votre petit bout.

Car le fier pirate prêt à tout est redevenu un petit garçon fragile qui veut encore se persuader que vous n'allez pas lui imposer une séparation. Mais il vous faut tenir bon.

"Regarde, j'ai acheté ce nounours pour toi. Pendant quelques jours, comme je ne serais pas là le soir pour te raconter une histoire au moment de te coucher, c'est lui qui te fera un câlin à ma place. Et pour que tu aies l'impression que je suis tout près de toi, sens... Je lui ai mis mon parfum. Tu seras revenu à la maison bien avant qu'il ne sente plus mon odeur. D'accord?" Il lève vers vous un regard dubitatif. Mais le nounours est tentant... Et c'est ma foi vrai qu'il sent bon. Il ne sourit pas encore, le petit monstre... Car jusqu'à la dernière seconde, il se fera un plaisir de lire la plus petite trace de culpabilité dans vos yeux, histoire de s'assurer qu'il vous manquera, que vous l'aimez toujours et n'essayez pas de vous débarrasser de lui comme d'un paquet de linge sale. Et oui, les enfants savent se montrer cruels. Et s'il vous remercie du bout des lèvres, d'une petite voix tremblante presque inaudible, c'est uniquement pour le plaisir de vous torturer encore un peu car déjà sa petite main caresse la douce toison du jouet et son petit nez s'égare sur le textile pour s'imprégner de l'odeur qu'il répand. Ses yeux ne mentent pas, scintillants de plaisir à la vue de l'ours si mignon... Oui, mais il fait une atroce grimace lorsque vous vous levez et lui demandez de reprendre sagement son jeu. Il joue les enfants martyres, honteusement délaissés par leurs parents. Vous souriez. Il aura le temps de s'habituer à l'idée et vous savez bien que comme l'année précédente, il vous aura oubliée sitôt qu'un autre bambin aura sympathisé avec lui.