Investissement locatif: quel type de prêt?

L’investissement locatif demeure une excellente alternative pour rentabiliser son bien immobilier. Cependant, pour mener à bien un tel projet, il est nécessaire d’opter pour le crédit idéal, parfaitement adapté aux besoins et objectifs de l’investisseur.

Investissement locatif: comment choisir son prêt

Le choix de se lancer dans l’investissement locatif est souvent dicté par le besoin de rentabiliser son patrimoine immobilier. La sélection du crédit doit de ce fait s’effectuer avec minutie afin de pouvoir répondre favorablement aux attentes de l’emprunteur. Un large choix de crédits immobiliers est à disposition du particulier pour l’aider à tirer pleinement profit de son investissement locatif. Il est ainsi possible d’opter pour un prêt classique ou pour un prêt «in fine». Avec cette deuxième option, le souscripteur ne rembourse que les intérêts de la somme initialement empruntée. Le capital, lui, n’est rendu qu’à l’échéance du prêt.

Quelle que soit l’option adoptée, il est nécessaire de tenir compte de deux paramètres essentiels. Il s’agit de la capacité d’endettement de l’investisseur et de son apport personnel. Une fois ces éléments pris en compte, il est désormais facile de déterminer le prêt immobilier locatif le mieux adapté à ses besoins. Il faut, cependant, noter que le prêt in fine est la meilleure alternative, car il offre aux investisseurs de nombreux avantages fiscaux. Avec ce type de crédit, ils bénéficient d’une nette réduction d’impôts.

Investissement locatif: les intérêts d’un prêt in fine

Pour une personne ayant acquis un bien immobilier locatif de 100000 euros, régi par la Loi Scellier 2012, s’il a effectué un prêt classique pour vingt ans à un taux fixe de 4,19%, le montant de sa mensualité s’élève à 616 euros. La valeur de son crédit atteint alors la somme de 147850 euros. Avec un prêt in fine, cette même personne peut fructifier son épargne et effectuer d’autres placements lucratifs comme l’assurance vie. Avec un taux de 4,49%, ses mensualités sont réduites à 317,17 euros. Le prêt in fine n’offre que des avantages à tous ceux qui désirent se lancer dans l’investissement locatif. En effet, ce type de prêt ne prend en considération que les intérêts. Les répercutions sur la fiscalité sont ainsi non négligeables.

L’investissement destiné à rembourser le capital initial a un rendement d’environ 3,70%. En effectuant un placement de 30 000 euros pour une durée de 20 ans, le souscripteur du prêt se constitue un capital évalué à 62 043,51 euros. Pour obtenir les 100 000 euros nécessaires, il doit débourser mensuellement la somme de 107,75 euros, ce qui réduit sa mensualité à 481,92 euros. Le capital initial reste inchangé tandis que le taux d’intérêt atteint une somme totale de 89 800,80 euros. Le prêt in fine est ainsi un choix judicieux pour les investisseurs disposant d’un apport personnel évalué entre 30 et 50% du bien immobilier convoité.