Collectionner les disques vinyles
 En matière de musique, les disques vinyles originaux sont souvent transformés en objets de collection. De plus, leurs prix qui sont en pleine flambée sur le marché de la revente, justifient l'engouement des investisseurs pour ces microsillons. 

En matière de placement de fonds dans les vinyles, tout comme dans le placement en bourse, avoir une connaissance de base est conseillée. Le but étant d'éviter les improvisations pouvant entraîner à des pertes considérables. 

Pour entamer une collection dans les microsillons, la recherche de disques rares est une étape incontournable. Il existe de nos jours plusieurs manières permettant de s'approvisionner, notamment en s'adressant aux disquaires traditionnels, en consultant les petites annonces en ligne ou en écumant les vides-greniers et les brocantes. 

Parmi toutes ces possibilités, les annonces sur Internet comme sur le site 1000-annonces.com et les disquaires traditionnels sont les plus intéressantes. Généralement les particuliers publiant des annonces, proposent la vente des pièces les plus rarissimes de leurs collections. L'occasion d'en profiter. Chez les disquaires, le client peut bénéficier des meilleurs conseils et services d'un professionnel. 

Maintenant que l'on sait où s'adresser pour trouver les perles rares, la prochaine étape consiste à apprendre à justement les identifier. L'une des principales erreurs à éviter est de penser que plus un vinyle est vieux, plus il est rare. Dans la réalité, c'est plutôt l'inverse. Même pour quelques euros, on peut dénicher facilement des 78 tours cassables commercialisés vers le début du XXème siècle. 

Mais comme ils sont accessibles aisément et un peu partout, ils perdent de leur intérêt et sont relégués au statut de disques banaux. Ensuite, il faudra apprendre à reconnaître une édition en vinyle originale. Identifier la première édition d'un pressage est une affaire de spécialiste. En revanche, avec quelques astuces, on peut éviter d'acheter n'importe quoi. À titre d'exemple, si un disque des années 60 porte sur sa pochette un code-barre, il s'agit forcément d'une réédition. Tout simplement parce qu'à l'époque, les code-barres n'ont pas encore été inventés.

Si éventuellement, une certaine hésitation se fait ressentir lors de l'achat des microsillons, une astuce infaillible permet de ne pas se faire avoir. En France, la fabrication des super 45 tours a commencé à diminuer vers 1967, avant de s'arrêter en 1969. Donc, si on tombe sur un super 45 tours, il est certain qu'il s'agit d'une authentique édition livrée entre 1956 et 1969. Ces vinyles âgés entre 40 à 50 ans, peuvent valoir entre 100 à 5000 euros.